RIMG1070

 

Le jour naissant inondait la vallée du lac du Verdon d'une lueur blafarde

et des brumes poisseuses s’effilochaient au loin dans les collines.

Il régnait sur les bords du lac, une telle paix, une telle harmonie du ciel

et de la terre, une telle douceur de l'air plein de parfums que nous nous

laissions gagner par une sensation de bien être, malgré le soleil qui ne

parvenait pas à percer les nuages.

Nous marchions en respirant l'odeur de pluie, de gadoue et de terre battue

sur les chemins, escorté de platanes et de fins peupliers.

De temps en temps des pêcheurs de carnassiers osent braver la météo, enveloppés

dans leur tenue de pluie, en nous faisant de grands signes d'encouragement

au passage.

Seuls quelques canards frétillent dans l'eau d'un air plutôt réjoui.

Après un pique-nique rapide, sous un bosquet de grands chênes verts,

la pluie redouble d'intensité. Nous avions les chaussures tellement trempées

qu'on ne distinguait plus les lacets.

Encore une rando qui laissera des souvenirs dans la mémoire des marcheurs

du jeudi.